Maintenant que le Mondial Brésilien est terminé, pas besoin d’attendre 4 ans pour revivre les émotions d’une compétition internationale. L’été prochain aura lieu au Canada la 7ème édition de la Coupe du monde féminine de football.

Les qualifiés

La nouveauté du Mondial 2015, c’est le nombre d’équipes participantes. Alors que depuis 1999 seuls 16 pays pouvaient se qualifier pour les phases finales, cette année il y en aura 24. Pour l’instant, 7 nations possèdent déjà leur billet pour la Coupe du monde : le Canada, en tant que pays-hôte, mais également le podium de la Coupe d’Asie des nations ainsi que les équipes arrivées 4èmes et 5èmes (Japon, Australie, Chine, Corée du Sud et Thailande). Concernant la zone Europe, la Suisse s’est déjà mathématiquement qualifiée pour sa 1ère Coupe du monde le 15 juin, et devrait être suivie par 7 autres nations européennes. On connaitra les qualifiés le 27 novembre, mais l’Allemagne, l’Angleterre et la France (1ers de leurs poules avec plus de 6 points d’avance sur le 2ème) ont d’ores et déjà un pied au Canada. D’ici la fin de l’année, on découvrira le pays qualifié en Océanie, les 3 qualifiés d’Afrique, ainsi que le top 4 des équipes de la Gold Cup pour la zone CONCACAF et les deux finalistes de la Sudamericano Femenino pour l’Amérique du sud.

Les nations à suivre

– Etats-Unis : l’USWNT est un peu comme l’Allemagne du football féminin. Présente dans le carré final de toutes les Coupes du monde depuis la création de la compétition en 1991, les USA sont chaque année l’équipe à battre. Médaillée d’or olympique en 2012 et finaliste de l’édition 2011, les Etats-Unis sont la sélection la plus dangereuse de tous les tournois auxquels elle participe.

– Allemagne : Championne d’Europe en titre, la Mannschaft souhaite faire le doublé cette année avec un succès en Coupe du monde. C’est d’ailleurs la seule nation à avoir remporté deux titres de champion du monde d’affilée (2003 et 2007). Mais dans les récents tournois internationaux, l’Allemagne a été absente des podiums depuis 2007 et souhaite faire son grand retour cette année au Canada.

– Japon : La sélection nippone a créé la surprise lors du dernier Mondial en battant les grands favoris américains en finale aux tirs aux buts. Depuis, les Japonaises n’ont cessé d’impressionner le monde du football en atteignant l’année suivante la deuxième marche du podium des Jeux Olympiques de Londres. Cette année, le Japon a confirmé sa forme en remportant le championnat d’Asie et décrochant ainsi son billet pour la Coupe du monde 2015.

– France : Longtemps outsider, l’équipe de France féminine a obtenu son statut de favori depuis la Coupe du monde 2011 à l’occasion de laquelle elle a terminé à la 4ème place. Un pied du podium qui lui colle à la peau depuis, avec le même résultat pour les Jeux Olympiques de 2012. Cette année, les Bleues pourront compter sur des joueuses cadres évoluant presque toutes à l’Olympique Lyonnais ou au PSG, mais sur de nouvelles recrues d’une génération prometteuse.

On pourrait également citer la Norvège vice-championne d’Europe, la Suède ou le Brésil.

Les joueuses à suivre

– Alex Morgan (USA) : Digne représentante de la nouvelle génération en or américaine vice-championne du Monde et championne olympique, Alex Morgan aura été la révélation du Mondial 2011. L’attaquante des Portland Thorns a longtemps été blessée en 2014, mais aura marqué son retour de la plus belle des façons : un doublé pour son premier match en club, et un autre pour son deuxième match en sélection. Elle est d’ores et déjà annoncée par tous les médias sportifs américains comme la successeuse d’Abby Wambach.

– Abby Wambach (USA) : Elle aura succédé à la légendaire Mia Hamm, et pourrait passer le flambeau dès l’année prochaine à l’occasion de ce qui pourrait être son dernier Mondial. A 34 ans, l’attaquante américaine, Meilleure Joueuse FIFA (Ballon d’Or) 2012, possède à son compteur un total incroyable de 167 buts en sélection et trois médailles d’or olympiques (2004, 2008 et 2012).

– Marta (BRE) : C’est la joueuse la plus célèbre du monde, et l’équivalent de Pelé chez les femmes. Mais avec ses 5 Ballons d’Or, la brésilienne Marta a plutôt des airs de Messi. A 28 ans, l’attaquante auriverde totalise 82 buts en 73 Sélections. Joueuse de Tyreso en Suède depuis 2012, la ‘’Pelé en jupe’’ a atteint la finale de la Ligue des Champions avec son club cette année. Ce trophée européen et une Coupe du monde sont les seules distinctions qui manquent au palmarès de Marta.

– Nadine Angerer (ALL) : La gardienne de but allemande est connue de tous les fans de football féminin depuis son incroyable performance lors de la finale de l’Euro 2013. En arrêtant 2 penaltys norvégiens pendant la rencontre, Angerer offre presque à elle seule le titre de champion d’Europe à sa sélection. Une rencontre qui lui aura valu non seulement un Ballon d’Or 2013, mais également un transfert aux Etats-Unis chez les Portland Thorns, champions en titre.

– Louisa Necib (FRA) : La ‘’Zidanette’’ française est attendue à chaque rencontre, et chaque tournoi. En véritable moteur du milieu de terrain des Bleues, elle parvient souvent à débloquer une situation avec son incroyable maitrise de balle. La Lyonnaise est d’ailleurs considérée comme l’une des joueuses les plus talentueuses de cette équipe de France en compagnie de Gaétane Thiney ou Camille Abily, ses deux coéquipières à l’OL. Cette Coupe du monde sera l’occasion pour Louisa Necib de briller sur la scène internationale.

On pourrait également citer Hope Solo (USA), Sydney Leroux (USA), Lotta Schelin (SWE), Lara Dickenmann (SUI), Wendie Renard (FRA), Lena Goessling (ALL), Nadine Kessler (ALL) ou Christine Sinclair (CAN).

Article publié sur www.coupedumonde2014.net